Copy trading: Mise en place du high-water mark

14/12/2020

Avec l’arrivée d’Arnaud Gabaury au poste de risk manager, Diabolo souhaite professionnaliser sa gestion d’Actif et la maîtrise des risques. Différents outils sont en cours de développement, et nous pouvons aujourd’hui annoncer l’utilisation du concept de high-water mark.

Cette technique, appliquée depuis longtemps au sein des hedge funds, a pour objectif d’empêcher le gestionnaire de toucher une rémunération si les performances ne dépassent pas la plus haute valeur liquidative déjà touchée. 

Comment Diabolo va concrètement implémenter ce seuil plafond? 

Il est calculé mensuellement et correspond au plus haut de la performance enregistrée sur les mois précédents. 

Prenons un exemple pour mieux comprendre. Pour les mois de Janvier(0), Février(1), Mars(2) et Avril(3), les valorisations sont de 100, 130, 125, 143. Dans cet exemple, le high water mark enregistré fin Mars est de 125 (la dernière valorisation la plus élevée, faite fin Février). La performance en mars est négative de 4% (de 130 à 125) et Diabolo ne touche aucune commission. Le mois suivant, la performance est positive de 14.4% (de 125 à 143) et Diabolo encaisse donc une commission. Mais le high water mark étant à 130, la commission sur performance ne sera calculée que sur la progression de 130 à 143, soit 10%. 

 

 

Cet exemple montre que l’utilisation du concept de high water-mark garantit à nos clients le paiement d’une commission à la performance bien plus juste. Il ne suffit plus qu’un mois soit positif pour déclencher le versement d’une commission, mais il est désormais nécessaire que la valorisation du compte du follower soit sur un plus haut jamais enregistré auparavant. 

Cette nouvelle approche montre notre volonté d’offrir à nos clients un système de gestion transparent et juste.